Nosferatu —- mardi 25 avril 2017

F. W. Murnau

1922

avec

  • Max Schreck
  • Gustav von Wangenheim
  • Greta Schröder
  • Alexander Granach
  • Ruth Landshoff
  • Wolfgang Heinz

94 min.

Ce film est inspiré du roman de Bram Stoker Dracula publié en 1897. Il est connu pour être l’un des plus singuliers du cinéma muet. Murnau a été aidé par le fait que le livre semblait prêt à être adapté au cinéma: il est en effet peu prolixe en dialogues, mais riche en descriptions, ce qui correspond parfaitement au mode de narration visuel du cinéma muet.

lire la suite sur cinéma classique

Télécharger la fiche du film

Nosferatu F.W. Murnau , Allemagne 1922

Mardi 25 Avril 2017

«  Ce film, considéré à juste titre comme le chef d’œuvre du film fantastique, exprime d’une façon admirable le désarroi d’une époque et le trouble d’une âme. Il apporte pour la première fois la révélation de ce que le cinéma, art du vrai soumis toutefois à l’interprétation du créateur, ne traduit jamais mieux l’onirique et le fantastique que par l’intermédiaire du réalisme le plus minutieux. Leçon que ne seront comprendre – ou ne pourront pas suivre par manque de culture et de talent – ni les cohortes de Dracula inspirés des rêves du même Bram Stoker ni la plupart des explorateurs du cinéma fantastique. »

Roger Boussinot, L’Encyclopédie du Cinéma, Bordas 1980

« Œuvre maitresse du cinéma muet germanique, paradoxalement plus fidèle au roman que les premières versions parlantes.. L’interprétation de Max Schreck dans le rôle-titre a conservé tout son potentiel terrifiant, véritable incarnation de l’au-delà avec sa face de zombie décharné : rarement interprète fut aussi proche de l’idée que l’on se fait du personnage qu’il représente, d’autant plus que, à notre connaissance, le maquillage n’en est guère responsable… Cette première incarnation de Dracula au cinéma n’en demeure pas moins une approche très juste du mythe qui allait, avec la venue du parlant, déferler régulièrement et inlassablement. »

Jean-Pierre Andrevon, 100 ans de Cinéma Fantastique et de Science-Fiction, Rouge Profond, 2013

« Un poème métaphysique dans lequel les sources de la mort ont vocation – une vocation inexorable – d’attirer à elles, d’attirer d’absorber les forces de la vie, sans que n’intervienne dans la description de cette lutte aucun manichéisme moralisant. » (Jacques Lourcelle)

Les traits caractéristiques de l’expressionisme cinématographique sont tous intimement liés à la défaite de 1918.et à l’état socioéconomique de l’Allemagne… C’est l’état psychologique d’un pays qui se manifeste dans les films expressionnistes.

Caractéristiques générales de l’expressionnisme

Les décors : ces derniers sont hyper stylisés. Les jeux de perspective sont la plupart du temps faussés, les rues et les maisons sont déformées, les formes sont exacerbées. Ces décors contribuent à générer des atmosphères angoissantes, aux dissonances multiples en accord avec les troubles ressentis par les héros.

Les lumières : cherchent à renforcer les contrastes entre les zones d’ombre et de lumière. Fréquemment les ombres représentent le double des personnages. Elles dessinent des formes et des lignes tant sur les décors que sur les acteurs accentuant ainsi les symboliques mises en œuvre.

Le maquillage et les costumes : souvent outranciers, antiréalistes. ..Ils donnent le sentiment que certains héros portent des masques.

Les personnages : inquiétants ou inquiétés.

Le jeu des acteurs : caricaturé et stylisé.

Les thèmes : ils trouvent essentiellement leur origine dans le romantisme. C’est pourquoi la folie, la mort la fatalité, le destin sont fort présents. Mais le contexte historico politique et la psychanalyse sont également des sources d’inspiration signifiantes.

Résumé et adapté de Nosferatu le vampire, piste pédagogique réalisée par Marie France Touati-Caraguel et François Perron.

Une réflexion au sujet de « Nosferatu —- mardi 25 avril 2017 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *