Fête du cinéclub — Vendredi 25 mai 2018

Cette année, la fête du cinéclub sera jumelée avec la clôture de la saison du Belvédère.

A cette occasion sera projeté le film « 13 jours en France » réalisé par Claude Lelouch lors des Jeux Olympiques d’hiver de 1968 à Grenoble.


Documentaire sur les Jeux Olympiques de Grenoble de 1968 commandé par le Général de Gaulle et réalisé par Claude Lelouch. Plus qu’aux compétitions sportives (ski, bobsleigh, hockey), le film s’intéresse aux à-côtés qui entourent toute manifestation.

 


Le film officiel de Jean Ertaud

Gentleman Jim —- Mardi 3 octobre 2017

Raoul Walsh (1942)

Errol Flynn

Alexis Smith

Jack Carson

Alan Hale

John Loder

durée : 1h44

Employé de banque, Jim Corbett, un américain d’origine irlandaise, veut s’élever dans la société. De façon assez inattendue, c’est la boxe qui va lui en fournir le moyen… Gentleman Jim raconte l’ascension de James J. Corbett qui est considéré comme étant le père de la boxe moderne, celui qui apporta une certaine noblesse à cet art. A la fin du XIXe siècle, ce boxeur fut une véritable star de son temps, jouant au théâtre en parallèle de sa carrière. (l’œil sur l’écran)

 

Télécharger la fiche de JJ Sadoux

Autre proposition de JJ Sadoux : Le cinéma américain et idéologie

Caché — Mardi 17 octobre 2017

 

L’entrée d’un immeuble parisien. C’est une vidéo qu’Anne et Georges Laurent sont en train de regarder. Cet immeuble est le leur, et la cassette a été envoyée sans aucun commentaire. Cette vidéo anonyme n’est là que pour leur prouver qu’il sont espionnés en permanence. Qui peut leur en vouloir ? Georges anime une émission littéraire à la télévision avec un certain succès. Il mène une vie calme en compagnie de son épouse et de leur fils Pierrot. Deux autres cassettes vont lui parvenir. Georges commence à comprendre. Un fait tragique de son enfance lui revient….

Michæl Haneke (2005)

Daniel Auteuil Georges Laurent
Juliette Binoche Anne Laurent
Maurice Bénichou Majid
Annie Girardot la mère de Georges
Makedonsky Lester Pierrot Laurent
Bernard Le Coq le rédacteur en chef
Daniel Duval Pierre
Walid Afkir le fils de Majid
Nathalie Richard Mathilde
Denis Podalydès Yvon
Aïssa Maïga Chantal
Benedetti Christian le père de Georges

Article sur Telerama

L’état d’exception

Cours de cinéma par Philippe Rouyer (vidéo)

Printemps, Automne, Été, Hiver — Mardi 14 novembre 2017

En Corée du Sud. Un temple, flottant sur un lac, est installé dans la solitude de grandes montagnes. Là, un vieux moine vit en quasi-ermite avec un enfant pour seul compagnon. Chaque saison qui passe est l’occasion pour le garçon d’en apprendre un peu plus sur la vie et le monde qui l’entoure. Quand le printemps arrive, il perd peu à peu son innocence. Les saisons s’enchaînent et le garçon grandit pour devenir un jeune homme. Une femme vient au temple en compagnie de sa fille, et le jeune homme tombe instantanément amoureux. Mais la mère et la fille doivent repartir quelques jours plus tard. C’est le début de la jalousie, un sentiment que le jeune homme n’avait jamais connu auparavant…

Avec Oh Yeong-su (le vieux moine) , Kim Ki-duk (le moine adulte) , Kim Young-min (le moine) …

Article de Télérama

fiche printemps été….

Octobre — Mardi 28 novembre 2017

Dans le cadre du partenariat de nos deux associations concernant la commémoration du centenaire de la Grande Guerre nous vous proposons de voir (ou revoir ) le film d’Eisenstein réalisé en 1927 pour le dixième anniversaire de la révolution bolchevique.

L’année 1917 fut sans doute la plus terrible de la guerre, lassitude extrême, de cette guerre sans fin, avec le froid, la faim et la mort toujours. L’offensive du Chemin de Dames à l’ouest entraîne des fraternisations, des rébellions, des refus d’obéissance et la condamnation à mort des révoltés.

En Russie, notre alliée, la situation est pire, ce qui provoque la révolution de février, révolution bourgeoise, puis en octobre (novembre dans notre calendrier) la révolution bolchévique qui changea la face du monde.

C’est un film de propagande voulu par Staline pour l’éducation des masses . Eisenstein réalise une fresque grandiose enchaînant les scènes d’anthologie qui marquèrent à jamais l’histoire du cinéma. Il s’agit de faire la «  promotion de héros révolutionnaires qui inspirent la sympathie et la fierté en faveur des classes révolutionnaires » S.M.Eisenstein.


L’empire russe, au début de l’année 1917. Une foule de manifestants en colère détruit la statue d’Alexandre III. La bourgeoisie, l’armée et l’Eglise se réjouissent de l’instauration d’un gouvernement provisoire qui, par solidarité avec les Alliés, décide de continuer la guerre contre l’Allemagne. Mais sur le front, soldats russes et allemands laissent tomber les armes et fraternisent. Le peuple, quant à lui, a faim et commence à le faire savoir. Bientôt ouvriers, soldats et marins se réunissent. Le gouvernement libéral de Kerensky ne parvient pas à faire cesser une agitation qui monte des tranchées, saisit les usines et déborde dans les rues malgré eux. Les bolcheviks entretiennent la contestation populaire en soufflant sur les braises… (Télérama)

De Sergueï Eisenstein

avec Vassili Nikandrov, Vladimir Popov, Boris Livanov.

Scénario de Sergueï Eisenstein, Grigori Alexandrov.
Photographie d’Edouard Tissé.

Oktiabr, URSS, 1927, 2h07, N&B


A voir en VOD, l’excellent documentaire d’Emmanuel Hamon : « L’utopie des images de la révolution russe sur Arte.

https://boutique.arte.tv/detail/utopie_images_revolution_russe

100 ans de révolution russe (Arte.tv)

D’autres liens sur ce film et ce réalisateur :

L’œil sur l’écran

Notes de Rachel Mazuy

Serguei Eisenstein (ciné-club de Caen)

Le forum des images, analyse de Valérie Pozner (vidéo)


fiche du film Octobre

fiche distribuée lors de la projection

La taverne de la Jamaïque — Mardi 12 décembre 2017

Drame Réalisé par Alfred Hitchcock (1939)

En 1819, dans les Cornouailles. Après la mort de sa mère, Mary Yellard s’installe chez sa tante Patience et son oncle Joss Merlyn, qui tiennent une auberge près des côtes. La jeune femme ne tarde pas à découvrir que l’endroit est devenu un repaire de brigands qui naufragent les bateaux afin de les piller.

Ce dernier film britannique avant le départ pour Hollywood est une histoire en costumes, à la Stevenson, avec naufrages (impressionnantes scènes de tempête) et pirates aux trognes incroyables : dans les paysages torturés des Cornouailles, une auberge sinistre est un repaire de naufrageurs. Un soir, une pauvre oie blanche débarque pour retrouver sa tante, femme de l’aubergiste…(Télérama)

La Taverne de la Jamaïque (Jamaica Inn)

Royaume-Uni -1939

  • Réalisation : Alfred Hitchcock
  • Scénario : Sidney Gilliat, Joan Harrison
  • d’après : le roman L’Auberge de la Jamaïque de : Daphne Du Maurier
  • Image : Harry Stradling, Bernard Knowles
  • Montage : Robert Hamer
  • Musique : Eric Fenby
  • Producteur(s) : Erich Pommer, Charles Laughton
  • Interprétation : Charles Laughton (Sir Humphrey Pengallan), Maureen O’Hara (Mary Yellard), Robert Newton (James «Jem» Trehearne), Emlyn Williams (Harry le colporteur), Leslie Banks (Joss Merlyn)…
  • Distributeur : Carlotta Films
  • Durée : 1h48

Article sur critikat

CinéClub de Caen

Fureur Apache — Mardi 16 janvier 2018

Western réalisé par Robert Aldrich (1972)

 

Un chef apache, Ulzana, s’évade de la réserve dans laquelle il est censé vivre avec quelques braves. Son but est de semer la terreur parmi les fermiers occupant les anciens territoires indiens. Un détachement de cavalerie, conduit par le jeune lieutenant DeBuin, un novice, et un vieux scout aguerri, McIntosh, se lance à leur poursuite. Les Indiens ont pris une telle avance que l’armée ne peut que suivre leurs traces : une succession de fermes attaquées, saccagées et brûlées. Le lieutenant DeBuin, épouvanté par ces carnages, cherche pourtant à comprendre le sens profond de la révolte d’Ulzana… (Télérama)

Réalisateur:
  • Robert Aldrich 
Musique :
  • Frank De Vol 
Acteurs:
 
  • Burt Lancaster – McIntosh
  • Joaquín Martínez – Ulzana
  • Bruce Davison – le lieutenant Garnett DeBuin
  • Jorge Luke – Ke-Ni-Tay
  • Richard Jaeckelle – sergent Burns
  • Lloyd Bochner – le capitaine Charles Gates
  • Karl Swenson – Willy Rukeyser
  • Douglass Watsonle – major Cartwright

Fureur Apache fiche de Jean-Jacques Sadoux

 

La Dernière Piste — Mardi 30 janvier 2018

1845, Oregon. Une caravane composée de trois familles engage le trappeur Stephen Meek pour les guider à travers les montagnes des Cascades. Parce qu’il prétend connaître un raccourci, Meek conduit le groupe sur une piste non tracée à travers les plateaux désertiques. Il se retrouvent perdus dans un désert de pierre. La faim, la soif et le manque de confiance dans l’instinct de survie de chacun d’entre eux sont autant d’obstacles qui se dressent sur leur chemin.

Le Bonheur — Mardi 13 février 2018

François a épousé Thérèse, qui lui a donné deux enfants. Le jeune couple vaque à son bonheur tranquille et sincère, rythmé par des joies simples et partagées. Puis, au hasard d’une communication téléphonique, François rencontre Emilie. Le coup de foudre est réciproque. A présent nanti d’une maîtresse, François s’imagine pouvoir concilier ses deux existences et croit même que l’amour qu’il éprouve pour Emilie ne fait que renforcer celui qu’il ressent pour Thérèse. Il pousse la candeur jusqu’à tout avouer à son épouse et à lui demander d’admettre la situation telle qu’elle est…(Télérama)

Le Bonheur – France – 1965

  • Réalisation : Agnès Varda
  • Scénario : Agnès Varda
  • Image : Jean Rabier
  • Montage : Janine Verneau
  • Musique : Jean-Michel Defaye, Mozart
  • Producteur(s) : Mag Bodard
  • Interprétation : Jean-Claude Drouot, Claire Drouot, Marie-France Boyer, Olivier Drouot, Sandrine Drouot, Paul Vecchiali…
  • Distributeur : Ciné-Tamaris
  • Durée : 1h25

Article sur critikat

Article sur la bride abattue

Article sur cinéclub de Caen

 

Docteur Folamour — Mardi 13 mars 2018

Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d’empoisonner l’eau potable des États-Unis, lance sur l’URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d’isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des États-Unis, convoque l’état-major militaire dans la salle d’opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation.

Docteur Folamour

Réalisé par Stanley Kubrick

Écrit par Stanley Kubrick et Terry SouthernGrande-Bretagne, États-Unis – 1h33 – Drame, Comédie

Titre original : Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb
Sortie le 29 janvier 1964
 
 
 
 
 
 

Michel Ciment présente Stanley Kubrick